Journée d’étude La critique de cinéma française face à l’Animation

Je participe à cette journée d’étude organisée par Hervé Joubert-Laurencin (Université Paris Ouest – Nanterre La Défense) et Sébastien Denis (Université de Picardie – Jules Verne)

Lieu : INHA (Institut national d’Histoire de l’Art), 6, rue des Petits Champs 75002 Paris / 2, rue Vivienne 75002 Paris
Salle Vasari : 1er étage
Paris, samedi 13 décembre 2014

le pdf du PROGRAMME La critique française de cinéma face à l’animation

Workshop électro-instruments et soirée micro-mécénat

Elektramusic à Strasbourg organisait un stage d’instrumentation électronique au TJP. L’occasion de découvrir un pack de capteurs tout-en-un, légers et relativement bon marché : les minibees. Basés sur la technologie Arduino, ils sont compatibles, versatiles, et bénéficient d’une bonne autonomie.

Marije Baalman nous a fait découvrir en exclu les derniers développements en matière de e-textile – qui peuvent faire office de capteurs de pression et de tension et laissent présager l’apparition de vêtements-instruments électroniques.

http://steim.org

____

J’ai également assisté à une soirée de micro-mécénat : la Dînée. Trois artistes présentent leur projet à financer à une assemblée de convive qui ont payé 20 euros pour le repas. Celui-ci se conclue par un vote, et l’artiste élu se voit remettre les 500 euros de bénéfice de la cagnotte du diné. Présenté comme un exercice d’oral pour les artistes, c’est surtout une bonne manière de sensibiliser le public à la jeune création locale.

Un petit sujet sur le site de France 3 Alsace

infos et réservations pour les prochaines Dînées en Alsace

 

 

Echauffements pour recherches graphiques

Un article destiné à mes élèves de prépa art. Amis artistes et illustrateurs, n’hésitez pas à donner vos tuyaux…

Cette séquence est entre autre un réagencement d’exercices tirés du livre « Drawing Lab for Mixed media artists« , un petit livre qui s’adresse aux débutants et aux amateurs, sur le principe d’un petit atelier par semaine pendant 1 an.
Pour qui se destine à la BD, à l’illustration ou tout autre mode d’expression induisant du character design, l’enjeu est de développer son propre trait, son propre vocabulaire graphique. Le dessin d’observation permet de trouver des pistes : comment représenter un œil, une bouche, un nez… non pas à partir de codes préexistants mais en développant ses propres codes. Il est évident qu’il est impossible de s’extraire totalement des codes culturels dans lesquels on baigne, cependant il s’agit d’en faire émerger sa propre personnalité graphique.

La séquence suivante est une proposition pour accélérer le processus, ou pour trouver rapidement des solutions (pour un rendu par exemple).

1- faire une recherche documentaire sur le sujet à représenter (animal, corps de métier, etc) ou mieux, aller directement sur le motif.
> Faire une série de croquis d’observation en essayant d’en tirer les caractères distinctifs (postures, gestuelle, détails du costume, de la fourrure, etc)
> Choisir ou faire des photos.

2- à partir des photos, produire une série de dessins en trait continu.
Il s’agit de ne regarder que la photo, sans jamais regarder la feuille, et si possible sans soulever le crayon.
Pour tirer les meilleurs bénéfices de l’exercice, il est nécessaire d’essayer de reproduire tous les accidents de contours, tous les reliefs de bord. Peu importe le résultat sur la feuille, l’important est de remarquer des détails particuliers (la forme d’une articulation, la courbe du dos, etc) et de fixer cette constatation par le geste. En effet, le dessin d’observation a tendance a être globalisant, surtout pour les débutants. Le dessin en trait continu permet de se concentrer sur une observation fine d’éléments que notre cerveau aurait naturellement exclus dans d’autres conditions.

3- Une fois suffisamment familiarisé avec le sujet, il s’agit de travailler uniquement de mémoire, avec un stylo-feutre fin, sur feuilles libres appuyées sur un support mou (matelas, oreiller, canapé). Ce dernier détail est important, il oblige à travailler d’un trait léger pour ne pas percer le papier. (Vous pouvez comparer par vous-même, sur un support dur puis mou )
Dessiner une trentaine d’exemplaires du sujet, dans les poses qui semblent les plus caractéristiques. Travailler rapidement et sans jugement, le trait ne se dérouille qu’après une dizaine de dessins. Essayer d’affiner les poses les plus satisfaisantes, de reprendre les éléments intéressants.

Enfin, lorsque la série est achevée, reprendre les dessins qui vous semblent les plus représentatifs ou intéressants avec d’autres techniques, ou la technique choisie pour le projet final.

Vous allez découvrir des codes graphiques inédits, des manières de représenter rapidement auxquelles vous n’auriez pas pensé. Cet exercice est très efficace associé à des questionnements de type ligne de force / ligne d’action.

Fin de Loup au musée d’Annecy


L’exposition consacrée par le musée d’Annecy aux films des 3 Ours se prolonge jusqu’à la fin de l’année.

Deux vitrines pour les carnets d’animation de Fin de Loup, juste à côté de Kiki et d’une marionnette de Jan Svankmajer !
à voir à CITIA exposition, 18 avenue de Trésum à Annecy.
Plus d’infos ici

Le LAO sur la façade du musée de St Dié

Le Live Animated Orchestra se fend d’une performance live sous le signe du Corbu, avec Antoine Spindler et Olivier Touratier. Les boucles animées répondront aux boucles sonores, toutes fabriquées en direct, sur les 5 grands principes de l’espace selon Le Corbusier. Le tout sur la façade du Musée de St Dié des Vosges !

télécharger le programme du concert