Echauffements pour recherches graphiques

Un article destiné à mes élèves de prépa art. Amis artistes et illustrateurs, n’hésitez pas à donner vos tuyaux…

Cette séquence est entre autre un réagencement d’exercices tirés du livre « Drawing Lab for Mixed media artists« , un petit livre qui s’adresse aux débutants et aux amateurs, sur le principe d’un petit atelier par semaine pendant 1 an.
Pour qui se destine à la BD, à l’illustration ou tout autre mode d’expression induisant du character design, l’enjeu est de développer son propre trait, son propre vocabulaire graphique. Le dessin d’observation permet de trouver des pistes : comment représenter un œil, une bouche, un nez… non pas à partir de codes préexistants mais en développant ses propres codes. Il est évident qu’il est impossible de s’extraire totalement des codes culturels dans lesquels on baigne, cependant il s’agit d’en faire émerger sa propre personnalité graphique.

La séquence suivante est une proposition pour accélérer le processus, ou pour trouver rapidement des solutions (pour un rendu par exemple).

1- faire une recherche documentaire sur le sujet à représenter (animal, corps de métier, etc) ou mieux, aller directement sur le motif.
> Faire une série de croquis d’observation en essayant d’en tirer les caractères distinctifs (postures, gestuelle, détails du costume, de la fourrure, etc)
> Choisir ou faire des photos.

2- à partir des photos, produire une série de dessins en trait continu.
Il s’agit de ne regarder que la photo, sans jamais regarder la feuille, et si possible sans soulever le crayon.
Pour tirer les meilleurs bénéfices de l’exercice, il est nécessaire d’essayer de reproduire tous les accidents de contours, tous les reliefs de bord. Peu importe le résultat sur la feuille, l’important est de remarquer des détails particuliers (la forme d’une articulation, la courbe du dos, etc) et de fixer cette constatation par le geste. En effet, le dessin d’observation a tendance a être globalisant, surtout pour les débutants. Le dessin en trait continu permet de se concentrer sur une observation fine d’éléments que notre cerveau aurait naturellement exclus dans d’autres conditions.

3- Une fois suffisamment familiarisé avec le sujet, il s’agit de travailler uniquement de mémoire, avec un stylo-feutre fin, sur feuilles libres appuyées sur un support mou (matelas, oreiller, canapé). Ce dernier détail est important, il oblige à travailler d’un trait léger pour ne pas percer le papier. (Vous pouvez comparer par vous-même, sur un support dur puis mou )
Dessiner une trentaine d’exemplaires du sujet, dans les poses qui semblent les plus caractéristiques. Travailler rapidement et sans jugement, le trait ne se dérouille qu’après une dizaine de dessins. Essayer d’affiner les poses les plus satisfaisantes, de reprendre les éléments intéressants.

Enfin, lorsque la série est achevée, reprendre les dessins qui vous semblent les plus représentatifs ou intéressants avec d’autres techniques, ou la technique choisie pour le projet final.

Vous allez découvrir des codes graphiques inédits, des manières de représenter rapidement auxquelles vous n’auriez pas pensé. Cet exercice est très efficace associé à des questionnements de type ligne de force / ligne d’action.